Grossesse : savoir faire face aux bactéries et autres germes

RSS
Grossesse : savoir faire face aux bactéries et autres germes

Listeriose, toxoplasmose, grippe… ces infections peuvent être à risque pour la grossesse et la santé du futur bébé. Des recommandations d’hygiène et de suivi à appliquer durant les 9 mois permettent d’éviter des problèmes parfois graves.

 

Durant la grossesse, la contamination par une bactérie ou un autre germe peut être source de préoccupation ou de questionnement. C’est pour cette raison que les femmes enceintes font si attention à leur hygiène, à ce qu’elles mangent, que des examens sont effectués à chaque consultation de suivi de grossesse, etc. Car certaines bactéries et autres agents infectieux en tout genre peuvent constituer un réel danger pour la grossesse et la santé du fœtus.

Mieux vaut vous prévenir : ne flippez pas à la lecture de ces quelques lignes qui recensent les différents risques que peuvent engendrer bactéries, virus et parasites chez la femme enceinte. En appliquant certaines recommandations et en étant correctement suivi, tout se passera bien !

 

Bactérie, virus, parasite

Salmonella, Listeria, Toxoplasma, cytomégalovirus, parvovirus B19, virus Zika, virus de la rubéole, de l’herpès, de la varicelle, de la grippe, VIH, du chikungunya, tous ces agents microbiens aux noms plus ou moins compliqués peuvent toucher la femme enceinte de différentes façons. 

Pour les bactéries Salmonella ou Listeria, la voie de contamination est généralement alimentaire. La listériose par exemple risque, dans le pire des cas, de provoquer un accouchement prématuré ou une mort in utero. Pour cette raison, les recommandations d’hygiène alimentaire ont pour objectif d’éviter de contracter cette bactérie, en nettoyant régulièrement le réfrigérateur, en ne consommant pas de lait cru ou de produits laitiers obtenus à partir de lait cru, ni de rillettes, pâté, foie gras, charcuteries à la coupe… Pas de surimi, ni de coquillages ou poissons crus ou fumés. Les graines germées type graines de soja sont aussi déconseillés.

 

Éviter ou détecter les infections

Côté virus, les risques vis-à-vis de la grossesse peuvent être aussi majeurs dans certains cas. Heureusement, désormais la grande majorité des femmes sont immunisées (protégées) contre le virus de la rubéole grâce au vaccin ROR effectué durant l’enfance. Par précaution, en début de grossesse, le médecin ou la sage-femme demande un contrôle (par analyse de sang) pour savoir si la femme est bien immunisée contre cette maladie. Cet examen sanguin est aussi l’occasion de vérifier si la femme souffre d’une hépatite B, de syphilis ou si elle est protégée contre la toxoplasmose. La recherche d’une infection à VIH n’est pas obligatoire, mais elle est cependant systématiquement proposée.

La recherche d’une infection à cytomégalovirus (CMV) est recommandée dans des circonstances spécifiques, comme la découverte d’anomalies fœtales lors d’un examen échographique. Le virus se transmet via des sécrétions, comme la salive, les urines, généralement par un jeune enfant lui-même infecté. Le plus souvent une contamination durant la grossesse n’a pas de conséquence. Mais il arrive qu’elle entraîne des complications graves, avec des atteintes neurologiques pour le futur bébé. Aussi est-il recommandé aux femmes enceintes de ne pas embrasser de jeunes enfants sur la bouche, ne pas sucer leur tétine ou partager leurs couverts.

Vis-à-vis du virus de la grippe, les autorités sanitaires recommandent aux femmes enceintes de se faire vacciner, cette infection risquant d’entraîner une fausse couche ou un accouchement prématuré.

L’autre agent infectieux craint durant la grossesse est le parasite qui provoque une toxoplasmose. Les femmes qui ne sont pas immunisées doivent prendre des précautions particulières tout au long de la grossesse, avec chaque mois une analyse de sang pour contrôler qu’elles n’ont pas contracté la maladie. Ce parasite peut se trouver dans la terre, dans les muscles des bovins et ovins, dans l’intestin des chats. Aussi, les femmes non immunisées doivent bien laver les légumes et fruits avant de les consommer, bien faire cuire la viande, se laver les mains après avoir jardiner, mettre des gants en changeant la litière d’un chat ou laisser une autre personne s’en occuper.

Enfin, durant la grossesse, un suivi particulier est nécessaire pour détecter une éventuelle infection urinaire d’origine bactérienne (test par bandelette urinaire). Elle peut en effet engendrer des contractions utérines, une menace d’accouchement prématuré.

Lors de votre suivi de grossesse, votre médecin ou sage-femme vous indique exactement quelles précautions prendre, et n’hésitez pas à lui poser des questions.

 

Dr Nicolas Evrard

 

 Instagram-womum

Sources :

  • Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2019, Ministère des Solidarités et de la Santé.
  • La prévention de l’infection à cytomégalovirus chez la femme enceinte et chez le nouveau-né. Haut Conseil de la Santé Publique. 2018.
  • Suivi et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées, Recommandations professionnelles, Haute Autorité de Santé, 2016.
  • Comment mieux informer les femmes enceintes ?, HAS, avril 2005.

Article précédent Article suivant

  • Dr Nicolas Evrard
Commentaires 0
Laissez un commentaire
Nom:*
Mail:*
Message: *

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

* Requis