La consultation préconceptionnelle

RSS
La consultation préconceptionnelle

Avant d’être enceinte, médecins et sages-femmes recommandent une consultation dite préconceptionnelle dans le but de préparer au mieux la future grossesse. C’est l’occasion de faire le point sur votre état de santé, mais aussi d’être informée sur certaines précautions à prendre vis-à-vis de l’exposition à certaines substances toxiques et en particulier les perturbateurs endocriniens. 

 

Non la grossesse n’est pas une maladie ! Et pourtant, désormais, les professionnels de la naissance recommandent de consulter avant même la conception de l’enfant. Les objectifs sont multiples : connaître votre état de santé et vos antécédents médicaux personnels et familiaux, modifier les éventuels médicaments que vous prenez en cas de maladie spécifique, vérifier vos vaccinations, etc.

Lors de cette consultation, en plus d’aborder des aspects purement médicaux, différents autres sujets sont abordés, comme votre profession, certaines de vos habitudes de vie, votre mode de contraception actuel ou passé... Une analyse de sang est aussi prescrite pour vérifier éventuellement votre groupe sanguin, votre immunité (protection) vis-à-vis de certaines infections, comme la rubéole, la toxoplasmose, etc. Apportez pour cette consultation les documents relatifs à votre santé, comme votre carnet de vaccination, carte de groupe sanguin, à moins que tout soit déjà consigné dans votre DMP (dossier médical partagé).

La consultation préconceptionnelle est aussi le moment d’être informée sur l’alimentation, l’hygiène de vie afin que votre grossesse démarre dans les meilleures conditions. Pas de tabac, ni d’alcool, ou autre substance toxique. Beaucoup de médicaments en auto-médication, type aspirine sont à éviter pendant la grossesse. On vous conseille aussi d’avoir une alimentation équilibrée et variée, apportant suffisamment de calcium, fer, iode, vitamine D. On vous prescrit de la vitamine B9 à prendre quelques semaines avant le début de la grossesse, pour éviter la survenue de problème neurologique (en particulier au niveau de la moelle épinière) chez le futur bébé.

 

Des conseils environnementaux

 

Durant cette consultation préconceptionnelle, on peut aussi vous donner des informations environnementales. En fait cela dépend de la « sensibilité » et des connaissances du professionnels de santé qui vous prend en charge, sur ces sujets. On peut vous informer sur les risques liés aux substances chimiques, comme les perturbateurs endocriniens connus pour être particulièrement nocifs durant cette période (périnatale). Une exposition in utero aux perturbateurs endocriniens peut avoir des conséquences à plus ou moins long terme, sur le fœtus lui-même… mais aussi à l’âge adulte. En pratique, cela signifie : évitez d’utiliser des produits d’hygiène et des cosmétiques contenants des perturbateurs endocriniens, comme des parabènes, préférez des produits sans triclosan, sans filtres chimiques. Consultez les étiquettes et tournez-vous vers les labels bio. Côté ménager, il est aussi conseillé d’opter pour des produits bio ou label vert et sans toxique. Évitez de consommer des aliments pré-emballés et conservés dans des plastiques. Préférez les aliments issus de l’agriculture biologique ou raisonnée, et de saison. Pour le bricolage ou le jardinage, attention aux peintures, colles, vernis comportant de nombreux composants chimiques toxiques.

 

Certaines professions sont plus exposées que d’autres comme les coiffeurs, les teinturiers, les podologues qui utilisent au quotidien des substances contenant des perturbateurs endocriniens. En cas de métier à risque toxique, il faut évaluer ces risques pour diminuer l’exposition avant la grossesse. Et demander l’avis au médecin du travail, si vous le pouvez.

 

En cas de problème de fertilité

 

A noter que des consultations spécialement dédiées aux questions environnementales commencent à se mettre en place en France, en particulier pour les femmes qui ont des difficultés à être enceintes (les perturbateurs endocriniens ont des conséquences sur la fertilité). Ainsi, à Bordeaux, le Centre Artémis a pour principal objectif de prendre en charge des femmes avec des problèmes de la reproduction, de rechercher des expositions environnementales et proposer des mesures de prévention.

 

Dr Nicolas Evrard

 

WoMum

 

Sources :


1 - Inpes. Le guide nutrition de la grossesse. 


2 - United Nations Environnement Program. State of the science on endocrine disrupting chemicals - 2012. OMS, 2013.


3 - FEES. Femmes enceintes environnement et santé

4 - Skakkebaek NE, Rajpert-De Meyts E, Main KM.Testicular dysgenesis syndrome: an increasingly common developmental disorder with environmental aspects.Hum Reprod. 2001 May;16(5):972-8.

5 - Fénichel P. Environnement, exposition fœtale et reproduction. Mt médecine de la reproduction 2007 ; 9 (2) 98 -104.

Article précédent Article suivant

  • Dr Nicolas Evrard
Commentaires 0
Laissez un commentaire
Nom:*
Mail:*
Message: *

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

* Requis