L’expédition par Mondial Relay est disponible !

30 novembre 2020
Conseils nourrissons

Réussir la diversification alimentaire

Diversification alimentaire

Après plusieurs mois d’alimentation uniquement par allaitement ou au biberon, il est temps que votre enfant passe à une alimentation diversifiée. C’est-à-dire comprenant légumes, fruits, féculents, viandes, poissons… Cela se fait selon des règles précises pour garantir ce qu’il y a de mieux pour la santé de votre bébé.  

L’âge auquel doit s’effectuer la diversification alimentaire est aujourd’hui bien établie : entre 4 et 6 mois (pas avant 4 mois révolus, ni après 6 mois révolus). C’est une étape importante dans la vie du bébé (et la vôtre), où il découvrira le goût et la texture de nouveaux aliments.

Inutile de limiter à un seul aliment à la fois

Contrairement à ce qui est encore souvent pratiqué, désormais on recommande d’introduire dès le début de la diversification une variété d’aliments (et de ne pas limiter à un seul aliment introduit un à la fois). L’objectif est de favoriser l’acceptation de nouveaux produits et de nouveaux goûts. « Ce n’est pas tant le nombre d’aliments proposés qui favorise l’acceptation de nouveaux aliments, mais plutôt le fait d’en changer tous les jours », indique le Haut Conseil de la santé publique (HCSP).

Quant aux produits potentiellement allergènes, il est conseillé de les introduire sans tarder : œufs (durs), arachide, produits laitiers que l’enfant soit à risque d’allergie (du fait d’antécédents d’allergies dans la familiale) ou non.

En pratique, cela signifie de commencer la diversification alimentaire par une purée liquide ou un biberon de lait le soir ou à midi dans lequel on ajoute un peu d’haricots verts, d’épinards ou de carottes en soupe, par exemple. Votre bébé peut être surpris par un nouveau goût. S’il refuse catégoriquement, après plusieurs tentatives, ne vous braquez pas. Essayez à nouveau quelques jours plus tard ou faites un essai une prochaine fois avec un ou des aliments différents. Progressivement au cours des semaines, vous augmenterez la quantité de purée de légumes et de compote de fruits, en diminuant légèrement la quantité de lait, comme le précisera le médecin. Il est déconseillé de substituer les préparations lactées par des boissons végétales (même enrichies au calcium) chez les enfants de moins de 1 an. Si vous n’allaitez plus, la quantité de lait 2ème âge recommandée se situe autour de 500 ml/jour (sans dépasser 800 ml/jour de lait ou équivalent).

>> A LIRE : La formation au goût commence dès la grossesse

Préférer les plats faits maison

Vous pouvez bien sûr choisir des plats spécialement préparés pour bébé vendus dans le commerce, comme des petits pots. Un logo présent sur l’emballage des produits « destinés à l’alimentation du tout petit » (Norme NF V90-001) peut vous aider à les repérer. Cependant, le HCSP conseille de préparer des plats faits maison, de préférer des fruits et légumes issus de circuits courts, qui ont été au minimum exposés à des pesticides ou autres intrants chimiques, en tenant compte également de la saisonnalité.

Les plats doivent être sans sucre ajouté, et à peine salés. Les besoins en lipides jusqu’à l’âge de trois ans sont plus importants que pour les adultes. Ces matières grasses sont apportées par l’allaitement maternel ou le lait deuxième âge jusqu’à 12 mois, puis jusqu’à la 3ème année par le lait vache entier (pas ½ écrémé), ou mieux le lait de croissance. Elles sont aussi apportées par les plats préparés à la maison en y mettant un peu d’huile de colza, huile d’olive, noisette de beurre…

En fonction de la consistance des aliments

Pour éviter tout risque de contamination microbienne, ne donnez pas de miel avant l’âge d’1 an. Et avant 5 ans : pas de viande crue ou peu cuite, de lait ou de fromage non pasteurisé (à l’exception des fromages à pâte pressée cuite type gruyère ou comté), ni de poissons fumés, des poissons ou coquillages crus ou peu cuits, des œufs crus ou peu cuits (mayonnaise, mousse au chocolat ou tiramisu faits maison).

Ne réchauffez pas au four à micro-ondes, une assiette ou un plat en plastique contant des aliments pour éviter la diffusion de perturbateurs endocriniens dans ces aliments. Pour les réchauffer, utilisez un contenant en verre, ou préférez la bonne méthode traditionnelle de la casserole posée sur une plaque ou un gaz.

La consistance et texture des aliments doivent être adaptées aux capacités de l’enfant à mastiquer, sous la forme de soupe, de purée, de compote au début. Généralement vers 8 mois, l’enfant peut commencer à manger des petits morceaux mous qui fondent rapidement dans la bouche, et de plus en plus durs vers 10 mois. Le bébé doit être correctement assis quand il mange et ne pas être seul sans surveillance, une fausse route est toujours possible. Il est recommandé d’attendre 3 ans pour donner des aliments durs ou ronds (grain de raison, noisette, tomate cerise, morceau de pomme cru).

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou à un professionnel de la naissance.

Dr Nicolas Evrard

instagram

Sources :
1 – Grand Livre de ma grossesse, Collège National des Gynécologues Obstétriciens Français, Eyrolles, Edition 2021-2022.

2 – Révision des repères alimentaires pour les enfants de 0-36 mois et 3-17 ans. Haut conseil de la santé publique, mis en ligne en octobre 2020.

3 – Papa dans quelques mois, Clémentine Fitaire, Dr Nicolas Evrard, Eyrolles.

4 – Avis relatif à l’actualisation de repères alimentaires du PNNS pour les enfants de 0 à 3 ans, Anses, 2019.

Partager sur les réseaux

Tout savoir sur la grossesse gémellaire

Tout savoir sur la grossesse gémellaire

Les grossesses gémellaires ou multiples représentent un petit pourcentage des femmes dans le monde. Néanmoins, une femme ayant eu recours à des traitements contre l’infertilité est plus sujette à une grossesse gémellaire ou multiple. Mais aussi, si dans la famille des futurs parents, il y a un fort antécédent de jumeaux, triplés… Les futurs parents peuvent alors se poser beaucoup de questions : il y a-t-il un risque ? pour la maman ? pour les bébés ? comment s’organiser ?… WoMum vous donne quelques informations.

Lire l'article
Comprendre son échographie fœtale

Comprendre son échographie fœtale

Les échographies fœtales sont très attendues par les futures mamans pendant leur grossesse. Celles-ci permettent de dater la grossesse, de contrôler si tout se passe bien pour bébé, mesurer sa croissance et de dépister des anomalies ou malformations. Cependant, pour beaucoup de futures mamans, surtout pour le premier bébé, il y a de nombreux termes méconnus. WoMum vous aide à mieux comprendre vos échographies, afin que vous viviez pleinement ce moment de rencontre et de bonheur avec votre futur bébé.

Lire l'article
Tout savoir sur le nouveau congé paternité

Tout savoir sur le nouveau congé de paternité

La publication au Journal officiel du décret n° 2021-574 entérine l’allongement du congé de paternité à partir du 1er juillet. De 11 jours, il passe désormais à 25 jours, et se découpe en deux périodes distinctes. Dès le 1er juillet 2021, le congé de paternité et d’accueil passe à 25 jours, et à 32 jours pour les naissances multiples.

Lire l'article
Pourquoi craindre les perturbateurs endocriniens durant la grossesse

Pourquoi craindre les perturbateurs endocriniens durant la grossesse ?

Même si les études manquent pour établir des conclusions définitives, les gynécologues obstétriciens recommandent aux femmes enceintes et qui allaitent de s’en protéger.

Lire l'article