Fausse couche précoce : un évènement à ne pas banaliser

RSS
Fausse couche précoce : un évènement à ne pas banaliser

On parle de fausse couche spontanée pour évoquer un arrêt accidentel de grossesse précoce. Ce type de fausse couche intervient dans 15 à 20% des grossesses déclarées. Certaines femmes ne se rendent parfois pas compte qu'elles font une fausse couche.

 

Quelles sont les causes de la fausse couche ?

Dans la très grande majorité des cas, les causes de la fausse couche sont naturelles. L'oeuf étant "inadéquat", il ne pourra pas se développer correctement dans le ventre de la mère. Et comme la nature est bien faite, la sélection naturelle expulse cet embryon. Sauf exception, cela n'a pas de conséquences sur les grossesses à venir. Cependant certains facteurs de risque existent :

  • Un âge maternel supérieur à 40 ans
  • Maladies génétiques
  • Antécédents de fausses couches répétées
  • Pathologies : trouble de la coagulation, infections, maladies immunitaires, fibromes...
  • Anomalie dans le caryotype d'un des parents

 

Ne pas banaliser une fausse couche

La fausse couche est un évènement qui peut être traumatisant pour le couple et particulièrement pour la femme. Ca n'est pas parce que votre ventre ne s'est pas arrondi que vous n'avez pas été enceinte ! Une sensation de tristesse extrême peut vous envahir et ce pendant plusieurs jours. C'est d'autant plus dur car il est souvent de coutume de "ne rien dire avant 3 mois"... On se retrouve souvent face à notre chagrin avec une difficulté à l'exprimer, et un environnement peu réconfortant, avec une tendance à banaliser cet évènement : "Ca n'est pas grave", "Vous en aurez d'autres", "Ca fait partie du processus normal de la procréation", "C'est bon signe, ça veut dire que ça fonctionne !"... 

Si médicalement une fausse couche précoce est rarement grave, c'est psychologiquement que c'est plus difficile. La dépression et l’anxiété sont des symptômes fréquents après une fausse couche chez 10 à 50% des femmes dans les premiers mois suivant celle-ci. 

Pour faire face à cette épreuve, la communication, notamment avec votre conjoint, vous aidera à passer le cap. Cependant, si cette sensation de tristesse et lassitude se prolonge pendant plusieurs semaines, n'hésitez pas à consulter un psychologue qui pourra vous aider à faire le deuil. Demandez conseil à votre sage femme, ou bien l'hôpital ou la clinique où vous avez été suivie.

>> A LIRE : La consultation préconceptionelle

 

Que faire après une fausse couche ?

Après une fausse couche spontanée précoce, un oestroprogestatif peut être prescrit afin d'espacer la survenue d'une prochaine grossesse. Il s'agit de pas initier une nouvelle grossesse trop précocement, afin de laisser au couple le temps de prendre du recul et bénéficier du soutien psychologique dont ils ont besoin.

Dans la majorité des cas la fertilité n'est pas altérée après une fausse couche, et des examens complémentaires sont engagés qu'après trois fausses couches consécutives. On vous fera passer un bilan médical complet, mais on vous posera également des questions sur votre environnement

 

Si vous aussi, vous avez fait face à cet évènement tragique, n'hésitez pas à nous rejoindre sur Instagram. Vous trouverez toujours une oreille attentive avec qui papoter.

 Groupe facebook WoMum

Article précédent Article suivant

  • Agathe Evrard
Commentaires 1
  • Ollivier
    Ollivier

    Bonsoir ,j ai vécue trois FC ,subit un curetage qui m’a traumatiser ,ensuite prise de médicaments on ce retrouve seul a la maison a surmonter ça .Bien sûre on a le droit a ce n est pas grave tu en auras d autres ,c est pas comme ci tu l avais perdu a la naissance .Depuis j ai un fils et je suis actuellement enceinte .Je ne profite plus pleine de mes grossesses ,toujours dans la tête qu une fausse couche va peut être arriver .On n oublié jamais

Laissez un commentaire
Nom:*
Mail:*
Message: *

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

* Requis